La négativité (2009)

J’ai l’impression que le temps est compté. Chaque minute doit être planifiée pour arriver à peindre, dessiner, écrire quelque chose de signifiant. Puis, il faut des temps d’absence, des trous, de la négativité entre les choses, entre les êtres intimes pour que ça respire. Le trop-plein, les activités entre amis sont des échappatoires qui empêchent la création d’advenir. M. est toujours très occupé, il ne fera pas œuvre de sa vie.

Je suis en pause, en arrêt. Le temps des vacances. L’art n’est-il pas l’inutile même ? On reproche souvent aux artistes de ne rien faire et c’est ce qu’ils font la plupart du temps : rien. Mais dans leurs mains, le rien devient quelque chose, le rien prend une forme, une couleur, une odeur, une texture. Le rien n’est plus l’absence de tout, mais l’espace d’air entre les choses, entre les pensées. Faire œuvre, c’est faire parler l’inutile, le vide. Prendre un temps d’arrêt dans la suite organisée des événements et laisser être. Dans ce laissé allé, il suffit d’écouter ce qui vient. Organiser ensuite les mots pour qu’ils forment des phrases qui laissent libre court à la pensée. Peindre mes monochromes est une façon d’écouter le rien. Faire trou. Travailler le négatif. L’art, de quelque nature qu’il soit, est toujours le résultat d’une solitude quelque part, d’une couche d’absence, de négativité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s