Le retrait (2005)

Il s’imagine le pire, mais le pire n’arrive jamais là où il l’attend. Au-dehors, il craint les catastrophes, à l’intérieur il est des plus serein. À l’intérieur, il ne dépend que de lui.

Il continue d’écrire, c’est-à-dire qu’il continue d’espérer le meilleur pour lui. Et le meilleur ce n’est pas ici la reconnaissance, mais la tranquillité d’esprit qui puisse lui permettre de continuer à dire ces petites choses qui n’ont l’air de rien

Avec les autres, il a ce mouvement de retrait nécessaire qui le rend réceptif aux confidences. Il ne s’impose pas, il se retire pour mieux recevoir.

Le secret est dans la retenue, simplement, la retenue contre les discours et les emportements de la parole.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s