Retour du manque (2005)

Le geste créateur n’était qu’un moyen pour l’extase, l’œuvre un résidu. Je cherchais l’intemporel dans l’expérience. Erreur.

Ce qui manque fait l’œuvre.

Le manque est toujours là, quelque part en soi.

Mon corps est fébrile, il demande à parler.

Manque de l’autre.

L’objet est déplacé, il n’est plus face au sujet. Je le regarde obliquement. L’inspiration me tient en alerte.

Je suis au repos, arrêtée dans la pensée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s