Scission (2005)

Je suis prisonnière de la séparation du sujet et de l’objet.

L’œuvre consiste à dépasser cette scission, à faire entrer le sujet dans l’objet. De cette façon, le sujet quitte le moi narcissique et l’objet devient moins opaque.

Entre le sujet et l’objet, il y a passage dans la parole.

Le travail créateur est essentiellement le creuset d’un passage de soi vers l’autre et le monde extérieur.

Dans son essai sur Henri Michaux, Max Loreau raconte comment le travail du philosophe, comme celui de l’artiste, commence par une descente en soi-même, vers l’origine du moi, là où il n’y a rien encore et où les représentations font défauts. Ce passage dans le rien est inévitable pour qu’une philosophie et une œuvre adviennent.

Michaux aurait été divisé entre son moi et le langage objectif. Tout le travail de l’œuvre aurait consisté à créer un passage entre les deux, de sorte que la parole se détache du moi et que le concept devienne vivant et particulier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s