Entre vide et plein (2005)

Jean-Pierre Guay écrit pour l’essentiel dans son journal la nécessité qui le conduit à écrire quotidiennement et l’amour qu’il croit que Dieu lui porte. Pour le reste, quelques événements sont racontés : ses problèmes financiers et quelques autres difficultés avec les amis qu’il côtoie. Aucun fait excitant, aucune passion amoureuse rocambolesque, encore moins de rencontres extraordinaires. Et pourtant, on continue de lire et Jean-Pierre Guay d’écrire. Il ne se passe rien en apparence. On en arrive même à douter de la pertinence d’une telle lecture. L’écriture est ici une question de survie, sans pour autant devenir thérapie. On entre dans ses livres comme on entendrait une voix intérieure qui concerne l’intime.

Ses livres semblent échapper à toute forme de construction. Est-ce une illusion ? Je me demande s’il lui arrive de censurer certains mots, certaines phrases, de les garder pour lui. Je me demande s’il doute de la pertinence de ses écrits pour le regard des autres. Écrire, est-ce l’inscription de mots pour dire une souffrance ou une joie ? Est-ce qu’écrire se réduit à dire le plus simplement possible ce qui fait la vie et l’ennui ? L’écriture n’est-elle pas simplement une façon de se sentir moins seule quand on est avec d’autres qui ne seront jamais soi ? Est-ce qu’on cherche trop loin, pour rien ?

Comme le monochrome de Klein, l’écriture de Jean-Pierre Guay me ramène à la question de la surface et, avec elle, à ce que signifie : la profondeur. Loin de se réduire à un problème de perspective, la profondeur interroge le rapport entre un vide qui serait autre qu’un rien, qu’un néant et un plein, une forme, un objet qui ne serait plus opaque, objectif, frontal. Qu’est-ce qu’une surface qui me déporte de l’évidence, du connu ? Je me sens travaillée par la profondeur quand une surface me conduit ailleurs que là où elle semble me placer de prime abord: soit devant elle, à un point bien assuré et fixe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s